ecologie

L’écologie de l’environnementalisme

Le concept de « nature » est une innovation enchanteresse. Il a été filé par le semblable Jean-Jacques Rousseau au 18ème siècle comme un contraste optimiste confus à la dystopie de l’urbanisation et du matérialisme. Les traces de cette fécondation de la rosée du « vicieux » et aussi de ses environnements non pollués, non altérés, peuvent être localisées dans les types plus mortels d’environnementalisme fondamentaliste.

À l’autre extrême, on trouve les littéralistes spirituels qui considèrent l’homme comme le summum du développement, avec un ascendant complet sur la nature et le droit de manipuler ses ressources sans réserve. On trouve des points de vue comparables, mais voilés, chez les chercheurs. Le principe anthropique, par exemple, défendu par de nombreux physiciens de renom, déclare que la nature de l’espace profond est condamnée à s’adapter aux êtres sensibles – en particulier, nous, les humains.

Les industriels, les politiciens et les économistes n’ont commencé que récemment à se préoccuper du développement durable et des coûts environnementaux de leurs politiques. Ainsi, de cette manière, ils relient le vide – au moins verbalement – entre ces 2 types de fondamentalisme diamétralement opposés. Malgré d’importantes dissemblances entre les collèges, le dualisme Guy vs Nature est globalement reconnu.

La physique moderne – en particulier l’interprétation de Copenhague des techniciens quantiques – a en fait déserté la division traditionnelle entre le spectateur (généralement humain) et l’observé (généralement inanimé). Les écologistes, en revanche, ont complètement accueilli cette vision du monde mise au rebut. Pour eux, l’homme est le représentant actif opérant sur un substrat distinct, réactif ou passif – c’est-à-dire la nature. Pourtant, bien qu’elle soit facilement engageante, cette dualité est incorrecte.
L’homme est, nécessairement, une partie de la nature. Ses outils sont entièrement naturels. Il communique avec les autres aspects de la nature et la modifie – mais toutes les autres variétés le font aussi. Peut-être les bactéries et les insectes exercent-ils sur la nature une influence et des conséquences encore plus grandes que l’homme ne l’a jamais fait.
Pourtant, la « loi du minimum » – à savoir qu’il existe une limite à la croissance de la population humaine et que cette limite est liée aux variables biotiques et abiotiques de l’environnement – est incontestée. Le débat, quel qu’il soit, oscille entre deux visions de cette Weltanschauung malthusienne : l’une utilitaire (dite anthropocentrique, superficielle ou technocentrique) et l’autre morale (dite biocentrique, profonde ou écocentrique).

Tout d’abord, les utilitaristes.

Les experts financiers, par exemple, ont tendance à parler des dépenses et des avantages des politiques environnementales. Les lobbyistes, en revanche, ont besoin que l’humanité pense aux « libertés civiles » de divers autres êtres et de la nature dans son ensemble pour définir un plan d’action moins dangereux.
Les utilitaristes considèrent la nature comme un ensemble de sources épuisables et limitées et traitent leur allocation optimale d’un point de vue humain. Pourtant, ils ne parviennent généralement pas à intégrer des éléments intangibles tels que l’élégance d’un coucher de soleil ou la sensation libératrice des espaces ouverts.

 » La comptabilité « écologique », qui consiste à modifier les comptes nationaux pour y inclure des informations environnementales, n’en est encore qu’à ses débuts peu prometteurs. Elle est compliquée par le fait que les environnements ne respectent pas les frontières fabriquées et aussi par le refus persistant de nombreuses variables écologiques de saisir des chiffres. Pour compliquer encore les choses, les différentes nations évaluent les problèmes écologiques de manière disparate.
En dépit des tentatives actuelles, comme l’indice de durabilité environnementale (ESI) produit par le Forum de discussion économique mondial (WEF), personne ne comprend exactement comment spécifier et évaluer des idées évasives comme la « croissance durable ». De même, les coûts de remplacement ou de réparation des sources et des ressources naturelles diminuées sont difficiles à évaluer.
Les efforts visant à enregistrer les facteurs liés au « mode de vie » à prendre en compte dans le carcan du formalisme de la justice distributive – appelés écologie du bien-être humain ou environnementalisme émancipateur – ont échoué. Ils ont provoqué des tentatives dérisoires d’inverser les procédures inexorables de l’urbanisation et de l’industrialisation en introduisant une production localisée et de petite taille.

Les écologistes sociaux proposent les mêmes prescriptions, mais avec une tournure anarchiste. La vision hiérarchique de la nature – avec l’homme au sommet – est un reflet des relations sociales, recommandent-ils. Démontez ces dernières – tout en vous débarrassant des premières.

Les éthiciens semblent aussi déconcertés et aussi fous que leurs adversaires qui ont « les pieds sur terre ».

Les biocentristes considèrent que la nature possède une valeur innée, indépendamment de son utilité réelle ou potentielle. Ils cessent néanmoins de travailler pour définir comment celle-ci, même si elle est réelle, génère des droits ainsi que des obligations proportionnées. Ils n’ont pas non plus été aidés par leur association avec le collège apocalyptique ou survivaliste de l’environnementalisme qui a des tendances proto-fascistes établies et qui est aussi progressivement exposé scientifiquement.

Les partisans de l’écologie profonde radicalisent les idées de l’écologie sociale jusqu’à l’absurde et proposent également une connexion spirituelle transcendantale avec l’inanimé (quel qu’il soit). En conséquence, ils refusent d’intervenir pour contrer ou contenir les processus naturels, y compris les conditions et la famine.

La politisation des préoccupations écologiques va de l’activisme politique à l’éco-terrorisme. Le mouvement environnemental – que ce soit dans les milieux universitaires, dans les médias, dans les entreprises non gouvernementales ou dans le corps législatif – est actuellement constitué d’un internet de groupes d’intérêts administratifs.
Comme toutes les bureaucraties, les entreprises environnementales sont déterminées à se perpétuer, à faire face à l’hérésie et à accumuler l’influence politique ainsi que l’argent et les avantages qui en découlent. Elles ne sont plus une partie désintéressée et impartiale. Ils ont un risque dans l’apocalypse. Cela les rend automatiquement suspects.

Bjorn Lomborg, auteur de « The Unconvinced Ecologist », a fait les frais de cette moralisation égocentrique. En tant que statisticien, il a montré que le malheur et le chagrin présentés par les défenseurs de l’écologie, les universitaires et les militants sont, au mieux, douteux et, au pire, le résultat d’ajustements délibérés.

La situation s’améliore réellement sur de nombreux fronts, a révélé Lomborg : les livres reconnus de sources de carburant non renouvelables ainsi que la majorité des aciers sont en hausse, la production agricole par tête fait un bond, le nombre de personnes souffrant de la faim diminue, la perte de biodiversité est en baisse tout comme la contamination et l’exploitation forestière tropicale. Au fil du temps, même dans les poches de dégradation écologique, dans les pays inadaptés comme dans les pays en développement, la hausse des revenus et la baisse des taux de natalité qui l’accompagne amélioreront probablement le scénario à long terme.

Pourtant, les deux camps, les optimistes comme les pessimistes, s’appuient sur des données partielles, inutiles ou, pire, manipulées. Les nombreux auteurs de « People and Ecosystems », publié par le Globe Resources Institute, la Banque mondiale et les Nations unies, concluent : « Notre expertise des communautés écologiques s’est considérablement accrue, mais elle n’a pas suivi le rythme de notre capacité à les modifier. »

Cité par The Economist, Daniel Esty, de Yale, chef d’un projet écologique parrainé par le Globe Economic Forum, s’est exclamé :
 » Pourquoi personne n’a fait une dimension environnementale prudente avant ? Les hommes d’affaires affirment constamment que « ce qui est important est déterminé ». Les spécialistes des sciences sociales ont commencé à mesurer la dimension mesurable trente ans plus tôt, et les gouvernements se sont tournés vers les chiffres difficiles quinze ans plus tôt. Pourtant, regardez la politique environnementale, et les données sont minables. »

Cette pénurie d’informations fiables et absolues n’est pas près de s’arrêter. Même l’évaluation environnementale du siècle, soutenue par de nombreuses agences de croissance et des groupes environnementaux, est gravement sous-financée. Les esprits conspirationnistes apprécient cet espace curieux pour les styles égocentriques de l’école apocalyptique de l’environnement. L’ignorance et l’inquiétude, expliquent-ils, sont parmi les alliés les plus utiles du fanatique. En outre, ils constituent une excellente copie.

Leave feedback about this

  • Rating